Monthly Archives: octobre 2012

Les pavés des disparus

Vous marchez dans une rue tranquille d’une ville quelque part en Allemagne. Et vous vous marchez sur une pavé de laiton, en fait vous butez-dessus. Vous regardez et il y est inscrit quelque chose vous lisez.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Chaque homme a son ombre

Hugo et Herbert Odenheimer

Julchen Odenheimer   Ils m’ont tout pris: ma mère, mon père, ma tante Erna, ma grand-mère Sophie. Grand-mère est morte trois semaines après notre arrivée au camp de Gurs. Tante Erna, qui s’était mariée quelques semaines avant la déportation et s’était installée dans une autre ville, a perdu la vie quelque part dans l’Est, avec…

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Plus qu’un nom dans une liste : la chronologie

chronologie

Plus qu’un nom dans une liste est une initiative du site Jewishtraces pour accompagner la journée Internationale de la Shoah .« Plus qu’un nom dans une liste », une initiative relayée sur Twitter et Facebook, renouvelle la manière de sensibiliser les publics à l’histoire de la Shoah par la publication de micro-biographies de victimes. Du 20 février au 19 avril 2012 nous…

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Le centre d’accueil de Pont-de-Manne

Carte postale ancienne représentant au premier plan le pont de Manne, sur la rivière Bourne, limite des départements de Drôme et d’Isère. Le pont de Manne joint la RD 531 (Isère) qui longe la Bourne et la RD 76 (Drôme) sur l’autre rive. 
On aperçoit en arrière plan le restaurant Arnaud. À l’époque de la guerre, le restaurant Arnaud est devenu l’hôtel-restaurant Bitsch loué par l’abbé Glasberg pour y héberger des Juifs.

Pont-de-Manne est le second centre d’accueil ouvert par la Direction des Centres d’Accueil (DCA) de l’abbé Glasberg. Ce dernier a créé la DCA pour sortir des réfugiés des camps et leur donner la « possibilité de vivre jusqu’à la fin de la guerre dans des conditions compatibles avec la dignité humaine« . L’abbé Glasberg en parle comme…

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS