8e ordonnance allemande 29 mai -7 juin 1942

Huitième ordonnance du 29 mai 1942 concernant les mesures contre les Juifs
La huitième ordonnance allemande du 29 mai 1942 rend obligatoire, en zone occupée, le port de l’étoile jaune en public pour les Juifs à partir de l’âge de six ans. Elle est une étape fondamentale dans le processus d’exclusion sociale qui frappe les Juifs de France depuis le premier statut du 3 octobre 1940 édicté par Vichy.

Le texte suivant est publié par le Militaerbefehlshaber in Frankreich

« En vertu des pleins pouvoirs qui m’ont été conférés par le Führer und Oberster Befehlschaber der

Wehrmacht, j’ordonne ce qui suit:

1. – Signe distinctif pour les Juifs

1° Il est interdit aux Juifs, dès l’âge de six ans révolus, de paraître en public sans porter l’étoile juive.

2° L’étoile juive est une étoile à six pointes ayant les dimensions de la paume d’une main et les contours noirs. Elle est en tissu jaune et porte, en caractères noirs, l’inscription ‘Juif ’. Elle devra être portée bien visiblement sur le côté gauche de la poitrine, solidement cousue sur le vêtement.

2. – Dispositions pénales

Les infractions à la présente ordonnance seront punies d’emprisonnement et d’amende ou d’une

ces peines. Des mesures de police, telles que l’internement dans un camp de Juifs, pourront s’ajouter ou être substituées à ces peines.

3. – Entrée en vigueur

La présente ordonnance entrera en vigueur le 7 juin 1942.

Léon Poliakov dans  » L’Etoile jaune  » (Editions du CDJC – Paris 1949) note que les prévisions de la préfecture de police font état de 110.292 juifs âgés de plus de 15 ans, contrôlés en novembre 1941, dont 17.428 enfants de plus de 6 ans.

Sont astreints au port de l’insigne : 61.684 français, 38.591 étrangers, soit un total de 100.455.

Il sera délivré des insignes pour 92.000 personnes (les internés dans les camps ne sont pas comptés).

Le texte dérogatoire de la 8e ordonnance du 29 mai 1942
Les dispositions d’application relatives au paragraphe 1 précisent que  » Lors de circonstances  spéciales, dans l’intérêt du Reich, des dérogations à l’ordonnance peuvent être prévues dans des cas isolés « .
Les exemptions devaient se limiter aux étrangers.
Une note du 17 juin 1942, du SS-Obersturmführer Beumelburg, chef de la Gestapo, au général Oberg, chef supérieur de la SS et de la Police « Höhere SS und Polizeiführer » pour la France, demande que l’ambassadeur de France Brinon précise ce fait au maréchal.
Il est également demandé à Brinon de  » faire le nécessaire pour que les demandes soient limitées à l’extrême, et il fera contresigner la liste des demandes par le chef du gouvernement Laval « .

A Paris Hélène Berr note dans son journal

Lundi 8 juin 1942 [premier soir du port de l’étoile]

« Lundi soir

Mon Dieu, je ne croyais pas que ce serait si dur.

J’ai eu beaucoup de courage toute la journée. J’ai porté la tête haute, et j’ai si bien regardé les gens en face qu’ils détournaient les yeux. Mais c’est dur.

D’ailleurs, la majorité des gens ne regarde pas. Le plus pénible, c’est de rencontrer d’autres gens qui l’ont. Ce matin, je suis partie avec Maman. Deux gosses dans la rue nous ont montrées du doigt : « Hein ? T’as vu ? Juif. »

(…) A l’Etoile, je suis allée à l’Artisanat chercher ma blouse, puis j’ai repris le 92. Un jeune homme et une jeune femme attendaient, j’ai vu la jeune fille me montrer à son compagnon. Puis ils ont parlé.

Instinctivement, j’ai relevé la tête – en plein soleil –, j’ai entendu : « C’est écoeurant. » Dans l’autobus, il y avait une femme, une maid [domestique] probablement, qui m’avait déjà souri avant de monter et qui s’est retournée plusieurs fois pour sourire ; un monsieur chic me fixait : je ne pouvais pasdeviner le sens de ce regard, mais je l’ai regardé fièrement. »

Journal d’Hélène Berr, éditions Tallandier, janvier 2008, page 42.

 

Image de prévisualisation YouTube

Alexandre Halaunbrenner sur le port de l’étoile jaune

 

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

  2 comments for “8e ordonnance allemande 29 mai -7 juin 1942

  1. 30 novembre 2012 at 14 h 01 min

    Le cadre dérogatoire de la 8e ordonnance allemande a été peu exploré par les historiens.
    Mon blog http://etoilejaune-anniversaire.blogspot.fr/ développe cette thématique et permet d’en savoir plus sur les exemptions accordées à des proches de Pétain, à des personnes « indispensables » aux rouages économiques, à des indicateurs et personnes liées au contre-espionnage, à des intermédiaires utilisés pour le pillage des oeuvres d’art, etc.
    Toute une histoire qui mérite d’être enfin explorée.

    • Jewishtraces
      30 novembre 2012 at 19 h 15 min

      Il faut aussi préciser que nombres d’anonymes ne rentrant dans aucune des catégories que vous énoncez n’ont pas porté l’étoile par choix en connaissant les risques qu’ils encouraient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *