Plus qu’un nom dans une liste : Horst Rosenthal

Horst était dessinateur, Horst ne manquait pas d’humour et ce dans les pires circonstances.

Mickey à Gurs collection CDJC/MMS Paris

 

Horst Rosenthal est né à Breslau le 19 août 1915 il est le fils d’Ernst et de Frieda. Dans son dossier d’internement à Gurs on apprend qu’il est entré en France en 1933, qu’il habitait rue de Clignancourt puis rue Richomme.

Dans un document du Ministère de la défense  il est décrit ainsi : un mètre soixante dis, les yeux et les cheveux bruns, le visage rond, le nez régulier et le bras gauche paralysé.

Nous ne savons pas encore où il a exercé ses talents jusqu’au 19 septembre 1939, date à laquelle il est interné au Stade Buffalo à Paris comme nombre d’allemands. Transféré au camps de Marolles dans le Loir-et-Cher puis à Damigny dans l’Orne  qui abrite des internés juifs dont des anciens passagers du Saint-Louis, il est à nouveau transféré à Dreux puis à Tence enfin à Saint-Cyprien puis à Gurs où il exerce ses talents de chroniqueurs d’un quotidien épouvantable.

Horst Rosenthal choisit la figure d’une souris, icône culturelle célèbre pour raconter comment il s’est retrouvé à Gurs. Selon Mickey un gendarme basque l’aurait interpellé, si l’indice que Horst sème dans Mickey à Gurs est exact on peut supposer qu’il s’est échappé de Saint-Cyprien et a rejoint à Pau son oncle. Sa carte d’identité d’étranger ayant été confisquée il est sans papier d’où l’internement à Gurs.

Horst demande son transfert au 182e  Groupement de Travailleurs étrangers, l’inspecteur qui remplit le questionnaire donne un avis favorable le 18 juillet 1941.

Le 25 aôut 1942 il entre au camp de Rivesaltes dans les Pyrénées Orientales, il y reste dix jours puis fait partie d’un convoi pour Drancy d’où il est  déporté le 11 septembre 1942 pour Auschwitz.

Horst Rosenthal est l’auteur de deux carnets,« Mickey au camp de Gurs » réalisé en 1941 et « La journée d’un hébergé au camp de Gurs » fait en 1942.
Les deux carnets ont été donnés au Centre de Documentation Juive Contemporaine en 1978 par le rabbin Max Ansbacher qui avait rempli les fonctions d’aumônier au camp de Gurs.





















Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

  10 comments for “Plus qu’un nom dans une liste : Horst Rosenthal

  1. s ansbch
    11 mars 2014 at 8 h 17 min

    Rabbi Leo Ansbacher z’l or his brother Max Ansbacher z’l ?

  2. CLAVEL Myriam
    4 mai 2013 at 6 h 07 min

    J’ai découvert un dessin original de Horst Rosenthal à la copieuse exposition « L’Art en Guerre FRANCE 1938-1947″ au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris du 12 octobre 2012 au 17 février 2013 (catalogue de près de 500 pages).

  3. Pierre
    22 février 2013 at 9 h 48 min

    Bonjour,
    Sauriez-vous où trouver le livre intégral (la page Scribd a été désactivée), svp ?
    Merci !

  4. CLAVEL Myriam
    2 décembre 2012 at 18 h 53 min

    je cherche des documents sur Jacques BAUMANN, réfugié en 1944 au Chateau de Neyrolles, commune de Lassouts (Aveyron), avec son épouse,après Espalion où la Gestapo était présente. Il a été blessé à mort à La Quille, par l’armée allemande, le 19 juillet 1944 et est décédé le même jour à l’Hôpital de Rodez. Il figure sur le mémorial de Sainte Radegonde. Je veux savoir ses origines, son métier, ses résidences avant de se réfugier à Espalion puis Lassouts, son lieu d’inhumation et le destin de son épouse après son assassinat.

  5. 1 juillet 2012 at 14 h 03 min

    Beaucoup d’erreurs dans ce parcours; il n’a jamais été interné à Saint-Cyprien.
    Il a composé trois BD et non deux.
    Un bon livre va paraître bientôt
    A suivre…

    • Jewishtraces
      1 juillet 2012 at 15 h 16 min

      Cher anonyme de Moncla utilisant le mail de la Mairie
      Je vous conseille de relire le texte où il est mentionné trois BD ( 2+1) quand au livre de Joel Kotek auquel vous faites allusion nous l’attendons avec grand intérêt ayant effectué pour lui des recherches.
      bien à vous

  6. Edith Soonckindt
    28 mars 2012 at 16 h 10 min

    Très intéressant, et inattendu !!
    Effectuant moi-même un travail sur la déportation, j’aimerais savoir comment/où l’on peut avoir accès aux dossiers d’internement (Gurs/Drancy) ??
    Je travaille sur Jules Wolff, né aussi à Breslau (en 1878), interné à Buchenwald après la Nuit de Cristal, raflé en février 43 dans l’Aveyron et gazé à Majdanek (mars 43). Un grand merci pour toute information éventuelle ! Convoi Drancy = 51, matricule 902.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *