Plus qu’un nom dans une liste : Jean-Pierre Lambert

 

Jean-Pierre Lambert est né le 19 décembre 1935 à Paris, ses parents Claude et Marianne née Maus habitaient au numéro 55 du Quai d’Orsay avec Gérard né en 1926 et Francine née en 1929.

Claude Lambert et son frère Robert ont fait partie des collaborateurs de la Police aux Questions Juives (1) du Commissariat aux Questions Juives, leurs noms apparaissent dans un document signé par Röthke demandant l’exemption du port de l’étoile jaune  conservé au CDJC sous la référence CDJC-XXVa-165 et 166.

Quatre autres exemptions d’étoile seront demandées par Röthke pour des juifs travaillant avec la police anti-juive. Elles concernent :

Roger Nowina, 47 ans, Gaston Naxara, 35 ans, et deux femmes, Hildegard Bergmann, 20 ans, et Camille Wilenski, 44 ans.
Les frères Lambert, épiciers, seront déportés avec leurs familles, par le convoi n°62, du 20 novembre 1943.
Marianne-Sarah Lambert, née Maus, épouse de Claude, avec ses enfants Gérard, Francine et Jean-Pierre, mais aussi Suzanne Lambert, née Bloch, épouse de Robert, avec ses enfants, Michel et Jacques.
Daniel Lambert, le père de Claude et Robert, fut arrêté le 4 décembre 1943, et déporté par le convoi n° 63, du 17 décembre. Aucun ne revinrent.
Les choix de Robert et Claude Lambert n’ont pas sauvé leurs familles de la déportation et de la mort.
L’histoire ne dit pas encore quelle fut leur responsabilité dans les arrestations opérées par la Police aux Questions Juives.
Jean-Pierre a été assassiné à quelques jours de son neuvième anniversaire.
1 PQJ (Police aux questions juives), SEC (Section d’enquêtes et de contrôle du Commissariat général aux questions juives), troisième section des renseignements généraux, service spécial des Affaires juives à la direction de la police judiciaire de la Préfecture de police… Les policiers français seront très actifs aux côtés du service IV-B de la Sipo SD (Sicherheitspolizei/Sicherheitsdienst). Un service constitué de  » volontaires avides de chasse au Juif, grisés par leur énorme pouvoir et irrésistiblement séduits par les multiples possibilités d’enrichissement crapuleux », écrira Georges Wellers, dans  » Un Juif sous Vichy « 

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

  2 comments for “Plus qu’un nom dans une liste : Jean-Pierre Lambert

  1. Léa Sanchez
    7 mars 2013 at 13 h 39 min

    Ne jamais oublier qui sont les vrais responsables. Ce sont les Allemands qui ont ouvert la boite de Pandore.

    • Jewishtraces
      8 mars 2013 at 5 h 13 min

      Bonjour Lea
      “Ouvrir la boîte de Pandore” signifie “céder à une impulsion” ou “agir de manière irréfléchie” et s’exposer ainsi à de grandes complications.
      Si pour vous la destruction massive des juifs d’Europe correspond à cette définition il serait temps que vous ouvriez un livre d’histoire traitant de la planification de la Shoah et de la collaboration et un second au chapitre « idéologie du national-socialisme ». Vous y apprendrez qu’il ne s’agit pas d’une impulsion irréfléchie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *