Tag Archive for témoignage

Sur mon bras un numéro

batsheva

  Batsheva Dagan est née à Lodz en 1925. Lorsque la guerre éclata, elle était au lycée. Lorsque l’ordre fut émis de concentrer tous les juifs dans le ghetto, ses frères plus âgés s’enfuirent vers la Russie, tandis que Batsheva, ses deux sœurs et leurs parents partirent pour la ville de Radom. En 1941, le…

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Sigmund Jachzel

life

 Sauf mention différente les photographies proviennent de la collection Toman Tous droits réservés Sigmund Jachzel est né le 1er janvier 1923, à Ostrava, ville industrielle située entre l’Oder et l’Ostravica. Ses parents Elias et Frida habitent le quartier périphérique  de Zabreh Nad Odrou, Elias est représentant en chemiserie et bonneterie et devient fondé de pouvoir de…

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Requis au Vel d’Hiv

Billet de la main de la mère de Georges Gheldman, 16 juillet 1942

  La rafle, d’abord prévue aux 13 et 14 juillet est reportée aux 16 et 17, pour éviter qu’elle ne coïncide avec le jour de la fête nationale. Aucun Allemand ne participe directement aux opérations. Sans l’aide des forces du maintien de l’ordre de Vichy, les Allemands auraient été démunis.Les autobus conduisent à Drancy les…

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Camille Dreyfus : un exil ordinaire

camille

  Né à Altkirch le 20 octobre 1897, Camille étudie à la faculté de Nancy, puis à Heidelberg et Strasbourg où il soutient sa thèse en 1925. De 1925 à 1927 il est attaché à Bichat puis à Cochin. Il rentre en Alsace et jusqu’en 1940 exerce comme spécialiste des maladies internes et collabore en…

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Mazel, le récit d’Elsa Karbowitz

Arrière plan, de gauche à droite : mon grand-père, Hélène.ma tante. Fernand, une tante. Devant : Elsa, ma mère, mon père, Rose et une autre tante. (1930)

Pourquoi n’as-tu pas été déportée ? A la question posée par mon petit-fils à la veille de sa Bar mitsva, je n’ai pu que répondre « mazel » (la chance en Yiddish) : la chance dans ma vie. Ce mot a donné le titre à ce récit que je dédie à mes enfants et petits-enfants en leur souhaitant d’avoir toute leur vie ce « mazel ».

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

L’Allemand s’appelait Pyjama

Sonia & Jeannine FLIS avec Jean GRANAT

Mobilisation, mon père fraîchement naturalisé se retrouve soldat de seconde classe dans le cinquième génie, lui dentiste depuis 16 ans n’était pas dans le service de santé. Je le revois avec son costume bleu horizon et ses bandes molletières. Avant guerre, lorsque mon père recevait des amis, je dis bien mon père car ma mère n’avait rien à dire, je devais manger à la cuisine avec Elise qui devenait ma complice. A partir de ce moment maman est devenue une femme toujours en mouvement, d’action et de décision.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Le centre d’accueil de Pont-de-Manne

Carte postale ancienne représentant au premier plan le pont de Manne, sur la rivière Bourne, limite des départements de Drôme et d’Isère. Le pont de Manne joint la RD 531 (Isère) qui longe la Bourne et la RD 76 (Drôme) sur l’autre rive. 
On aperçoit en arrière plan le restaurant Arnaud. À l’époque de la guerre, le restaurant Arnaud est devenu l’hôtel-restaurant Bitsch loué par l’abbé Glasberg pour y héberger des Juifs.

Pont-de-Manne est le second centre d’accueil ouvert par la Direction des Centres d’Accueil (DCA) de l’abbé Glasberg. Ce dernier a créé la DCA pour sortir des réfugiés des camps et leur donner la « possibilité de vivre jusqu’à la fin de la guerre dans des conditions compatibles avec la dignité humaine« . L’abbé Glasberg en parle comme…

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS