Plus qu’un nom dans une liste: Victor Stern

Victor Stern est né à Vienne (Autriche) le 7 septembre 1922 , il habite Rossauerlande 33 dans le 9e arrondissement.

Son père Felix est directeur de filatures à Vienne et sa mère Paula était hongroise. Il avait une sœur ainée.
Lorsque les allemands entrent à Vienne en mars 1938, Victor est vacances chez sa tante à Budapest. De retour à Vienne, ses parents ont disparu en laissant un papier indiquant qu’ils allaient passer par la Suisse pour rejoindre les Etats-Unis  à Paterson (New York). Après deux ans d’enquêtes nous trouvons la trace de Felix, il arrive à New-York en provenance d’Anvers le 12 mars 1940 après 11 jours de traversée sur le SS Westernland. Son épouse réside déjà 81 Fair street Paterson, New-Jersey.
Victor a lui aussi cherché à rejoindre la Suisse, mais il a été refoulé plusieurs fois. Il a finalement atteint la Belgique, y-a-t-il trouvé ses parents ?  Un lieutenant des douanes le refoule d’abord vers l’Allemagne, mais lui permettra par la suite de passer en France à condition d’avoir un répondant : ce répondant sera le sous-préfet de Valenciennes.

Dans un document de décembre 1938 nous trouvons sa trace en France.
Victor arrive finalement seul à Chatellerault (Vienne) : il habite au 7, square Gambetta. Il fréquente le collège Descartes où il prépare le Baccalauréat dans la même classe que Jacques Millet dont il fait la connaissance. Il déjeunait régulièrement chez les parents de Jacques, instituteurs, qui habitaient un logement de fonction dans l’Ecole Villevert, rue Villevert.

Le directeur de l’école était M. Lambert dont le fils Jean était également un camarade de classe de Jacques au Collège Descartes. Le directeur et son fils seront arrêtés et déportés. Victor obtient son bac en 1939 avec mention «Assez Bien». La famille MILLET continuera à l’accueillir malgré les réticences de Victor quand celui-ci sera obligé de porter l’étoile jaune.
Après leur bac, Jacques et Victor partent à Poitiers pour entamer des études supérieures à la faculté des sciences. Jacques s’installe avec son cousin Jean  chez sa tante Mlle Suzanne Emilie INGRAND . Elle habitait à cette époque tout près de la place centrale de Poitiers et était employée des PTT.
Jacques connaissant par la Résistance le proviseur du lycée catholique de Poitiers ; celui-ci accorda à Victor une chambre d’interne dans cet établissement.
En 1942, la traque des juifs s’intensifiant (grandes rafles étendues à la zone libre), Jacques propose à Victor de le faire passer en zone libre par La Roche-Posay, en traversant la rivière avec une barque de pêche. Victor refuse car il est sûr d’être pris même en zone libre.
Le 2 septembre 1942 un passant dans la rue donne à Jacques un petit papier (perdu depuis) où Victor écrit qu’il vient d’être ramassé par la police française et qu’il va être transféré à Drancy.
Le 3 septembre 1942, Victor, interné au C.D.R route de Limoges, écrit une lettre à Mlle Ingrand confirmant ses craintes et lui demande un service

et  mentionne l’existence de Louis COPIN avocat à Valenciennes, 11 Place Froissart.
Victor fait passer un petit paquet à Mlle INGRAND contenant ses papiers, une montre et la somme de 170 francs, il  est transféré à Drancy d’où il sera déporté à Auschwitz par le convoi numéro 30 du 9septembre1942.
Le nom de Victor Stern est inscrit sur le Mur des Noms au Mémorial de la Shoah et les informations suivantes apparaissent dans tous les registres consultés :
xx – STERN Victor 7.9.22 Vienne (ex Autrichienne) …7, square Gambetta, Chateller. (étudiant)

Victor Stern en 1942

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

  1 comment for “Plus qu’un nom dans une liste: Victor Stern

  1. Haendel Evelyne
    11 mars 2012 at 11 h 26 min

    Chaque histoire est plus poignante que la précédente et je sais que la suivante le sera tout autant…. Chacune unique!
    C’est un merveilleux travail du souvenir que vous accomplissez en faisant revivre dans tous ses détails, chaque vie et chaque visage disparu. Ils ne le sont plus!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *